Les Canadiens veulent-ils rester sous la domination britannique ?

Les Canadiens veulent-ils rester sous la domination britannique ?

"La monarchie est dépassée et n'a aucune pertinence dans notre gouvernement. Je pense qu'il est temps que nous nous tenions seuls."

La Grande-Bretagne a colonisé le Canada à partir de la fin du XVIe siècle et le pays a fait officiellement partie de l'Empire britannique jusqu'en 1982. Elle est aujourd'hui membre du Commonwealth des anciens pays impériaux, où le monarque britannique est chef d'État.

L'institut Angus Reid a réalisé un sondage selon lequel 51 % des Canadiens ne souhaitent pas que la monarchie reste sa figure de proue cérémoniale (6 % de plus qu'en janvier 2020). Seuls 26 % des répondants ont déclaré qu'elle était nécessaire, tandis que 24 % étaient incertains. Un nombre croissant de Canadiens ne veulent pas qu'un monarque étranger les représente, malgré les liens historiques profonds avec le Royaume-Uni et l'affection pour la reine.

Certains représentants des grandes entreprises canadiennes se sont exprimés sur la question, confirmant les résultats des enquêtes. Flavio Volpe, président de l'Association canadienne des pièces d'automobile, se demande pourquoi le Canada est le seul pays du G7 dont le chef d'État est citoyen d'un autre pays et, faisant référence à une petite ville du sud du pays, ajoute :

"Je préfère avoir quelqu'un de Windsor comme chef d'État que quelqu'un de la Maison de Windsor."

Les membres de l'ancienne génération soutiennent l'idée d'autosuffisance. John Nielsen, 61 ans, un entrepreneur d'Ottawa, déclare

"La monarchie est dépassée et n'a aucune pertinence dans notre gouvernement. Je pense qu'il est temps que nous nous tenions seuls."

Monarchy

Au Québec, le décès de la reine a suscité une avalanche de questions sur l'avenir de la monarchie au Canada, soulignant une fois de plus la relation complexe de la province avec la monarchie.

Gérard Bouchard, historien et sociologue qui enseigne à l'Université du Québec à Chicoutimi, affirme que la plupart des Québécois n'aiment pas la monarchie pour des raisons historiques ainsi que pour leur soutien à la démocratie. Dans une interview récente, il explique :

"Au Québec, il semble être une relique d'une époque coloniale que l'on croyait disparue. La plupart des gens diraient : "Nous ne savons pas pourquoi cela continue au Canada et nous ne savons pas pourquoi cela nous a été imposé au Québec."

Bien que les résidents de la province puissent respecter la défunte reine en tant que personne, la monarchie évoque des souvenirs de la conquête britannique de la Nouvelle-France et de la domination coloniale britannique sur le Canada francophone.

M. Bouchard affirme que l'idée d'un monarque européen comme chef d'État va également à l'encontre de l'idée que les Québécois se font de la démocratie, ajoutant que l'opposition à la monarchie est plus forte chez les fédéralistes et les anglophones du Québec que dans les autres régions du Canada.

Queen

L'occasion du débat était la décision du premier ministre Legault d'abaisser le drapeau provincial à l'occasion du décès d'Elizabeth II. Le chef du parti québécois, Paul Saint-Pierre Plamondon, l'a critiqué en soulignant l'histoire difficile des relations avec la Grande-Bretagne : la monarchie a été imposée au peuple québécois par la conquête, a-t-il dit, et le drapeau provincial, appelé Fleurdelise, représente la démocratie de la province et le droit des Québécois à exister en tant que peuple. Il mentionne que la déportation des académiciens, l'exécution des chefs de la Révolte patriotique en 1839 et, plus récemment, le rapatriement de la constitution sans le consentement du Québec, ont été faits au nom de la Couronne britannique et parle assez durement de la monarchie :

"Nous ne pouvons pas perdre de vue le fait qu'elle représentait une institution, la Couronne britannique, qui a causé un préjudice important aux Québécois et aux autochtones."

Benoît Pelletier, professeur de droit constitutionnel à l'Université d'Ottawa et ancien membre du cabinet du gouvernement libéral de Jean Charest au Québec, estime que le Canada anglophone suit inexorablement le Québec et que le soutien à la monarchie diminue d'année en année. Il n'hésite pas à parler de la possibilité d'un référendum et ce n'est qu'une question de temps :

"Je pense qu'il y aura un débat dans les mois à venir sur l'avenir de la monarchie constitutionnelle".

M. Pelletier a déclaré qu'il était possible de modifier la constitution canadienne pour abolir la monarchie, à condition que les négociations ne portent pas sur d'autres questions constitutionnelles. Cependant, il soutient personnellement la monarchie, estimant qu'à l'heure actuelle, le système démocratique fonctionne bien et qu'il n'est pas utile de briser ce qui a été construit au fil des ans.

Les sondages montrent que les Québécois ne sont pas d'accord avec lui : 71 % des personnes interrogées dans le cadre d'un sondage Angus Reid ont déclaré qu'elles ne voyaient plus la nécessité d'une monarchie, et 87 % ont déclaré qu'elles n'avaient aucun attachement à la famille royale dans le sondage Léger.

Queen
 

Du côté des Premières Nations, les choses sont également compliquées : si beaucoup pleurent la mort de la reine Elizabeth, certains autochtones ont exprimé leur ambivalence ou leur hostilité envers la monarchie qui a colonisé l'Amérique du Nord. Certains d'entre eux n'étaient pas timides dans leurs expressions. Chance Papanekis, un habitant du territoire situé dans le nord du Manitoba, considère que la reine fait partie d'une institution sinistre qui perpétue le préjudice causé aux peuples autochtones. En apprenant sa mort, Paupanekis a pensé à la longue vie qu'a vécue la monarchie de 96 ans, "contrairement à beaucoup de gens à qui elle a fait du tort."

"... [la reine] et ses prédécesseurs sont responsables d'un aspect considérable du génocide des peuples indigènes dans le monde".

Les peuples indigènes ont une relation avec la Grande-Bretagne qui remonte à leur premier contact avec les Européens. En signant des traités, la Couronne et les Premières nations ont établi les conditions d'une coexistence pacifique entre les deux sociétés souveraines dans le partage du territoire. Papanekis admet que cela s'est produit bien avant que la reine Elizabeth ne devienne monarque, mais cela ne change pas son attitude à l'égard de la monarchie dans son ensemble :

"L'agenda colonial permanent des colons se poursuivra quel que soit le monarque au pouvoir."

Conscient que le processus de sortie de la monarchie ne peut être l'affaire de quelques mois, M. Papanekis espère que le roi Charles III entamera le processus de réparation, non seulement à l'égard des populations autochtones, mais aussi de tous les peuples du monde qui ont souffert de l'influence britannique.

Niigaan Sinclair, professeur d'études indigènes à l'université du Manitoba et chef de département par intérim, explique pourquoi le dialogue avec la Grande-Bretagne est si important : les peuples indigènes "ont une relation avec la Couronne, pas avec le gouvernement canadien".

Les traités étaient autrefois conclus entre les chefs indigènes et la Couronne, et non le gouvernement de l'époque, ce qui signifie effectivement que sans une seconde partie, toutes les terres canadiennes deviendraient la propriété des Premières nations.

Il reconnaît le mal fait, notamment pendant les 70 ans de règne de la reine Elizabeth. Les politiques coloniales répressives ont entaché l'histoire du Canada pendant des siècles, le plus récemment avec le système des pensionnats, la stérilisation forcée des femmes autochtones et le déplacement forcé des Inuits vers le nord — tout cela pendant le règne de la reine.

Belinda Vandenbroek a fréquenté un pensionnat à Dauphin, dans le Maine, pendant 10 ans. L'année dernière, le jour de la fête du Canada, elle était sur le terrain de l'Assemblée législative du Manitoba pour prononcer un discours en réponse à la découverte de ce que l'on croit être des tombes non marquées sur le terrain d'un pensionnat. Ce jour-là, les statues de la reine Elizabeth et de la reine Victoria sur le terrain de l'Assemblée législative ont été renversées en réponse à la découverte. En tant que survivante du pensionnat, elle se demande pourquoi la reine Elizabeth n'est pas intervenue lorsque des enfants comme elle ont été arrachés à leur famille.

Des témoins des terribles événements qui se sont déroulés entre les murs des écoles continuent à être trouvés à ce jour. Le dernier d'entre eux n'a fermé qu'en 1997, et les souvenirs des témoins sont encore si douloureux que même les excuses du pape n'ont eu aucun effet.

En mai, Charles et son épouse Camilla ont visité Yellowknife et le village de Detta Dene, dernière étape de leur tournée canadienne pour marquer le jubilé de platine de la reine. Leur visite a porté sur la réconciliation et le changement climatique. Pendant la visite, l'Assemblée des peuples autochtones et le Ralliement national des Métis ont exigé des excuses de la part de la monarchie. Dans un discours prononcé avant de quitter Yellowknife, Charles a déclaré qu'il souhaitait rencontrer les survivants du pensionnat et a reconnu leur douleur et leur souffrance — mais n'a pas présenté d'excuses. Pour les Premières nations, le rôle qu'il assumerait en tant que Charles III dans le prisme de l'interaction avec elles n'est donc pas évident.

Pour Sinclair, cependant, d'autres développements sont plus importants, comme la nomination historique de Mary Simon, une Inuk qui est devenue l'année dernière la première gouverneure générale autochtone du Canada. Il estime que ces précédents montrent l'intérêt de la Grande-Bretagne à maintenir la relation et à y travailler :

"Il y a encore un espoir que la Couronne développe cette relation".

La chef nationale Rose Ann Archibald, de l'Assemblée des peuples autochtones, déclare que la prochaine étape avec la Grande-Bretagne est l'adoption par la Couronne de la Proclamation royale de réconciliation, qui fait partie de l'appel à l'action de la Commission Vérité et Réconciliation. Elle exhorte les personnes concernées à ne pas oublier la nécessité d'aller de l'avant :

"Alors que beaucoup pleurent la fin de l'ère élisabéthaine, rappelons-nous que le chagrin et la responsabilité peuvent exister dans le même espace au même moment."

Lorsqu'on lui a demandé si la réapparition du discours sur le retrait des Britanniques et l'impact des changements constitutionnels sur les traités l'inquiétaient, elle a répondu sans équivoque que les Premières nations maintiendraient toujours une relation avec la Couronne, quoi que fasse le Canada, et a ajouté :

Source, Source, Source, Source, Source
  • #Reine Elizabeth
  • #décès d'Elizabeth II
  • #Charles III
  • #Commonwealth des anciens pays impériaux
  • #monarques britanniques
  • #Canada-Grande-Bretagne
  • #pensionnats du Canada
  • #Premières nations du Canada
  • #peuples autochtones du Canada
  • #histoire du Canada