Quelles langues sont parlées dans les régions du Canada ? Discrimination par la langue

Quelles langues sont parlées dans les régions du Canada ? Discrimination par la langue

Le Canada est officiellement un pays bilingue. Cela signifie-t-il que tout le monde y est bilingue ? Où devez-vous aller si vous parlez anglais et où devez-vous aller si vous parlez français ? Existe-t-il une discrimination fondée sur la langue ?

Aujourd'hui, je veux vous parler de la situation du français au Canada, de son statut, des endroits où le français est le plus populaire et des raisons pour lesquelles il vaut la peine d'apprendre le français, même si vous n'avez pas l'intention de vivre dans une région francophone.

Statut de la langue française

Je pense que tout le monde sait que le français est l'une des deux langues officielles du Canada, avec l'anglais. Et beaucoup de gens pensent que parce qu'il y a deux langues officielles dans le pays, tous les résidents sont bilingues et peuvent parler les deux librement. En fait, ce n'est pas du tout le cas.

Le français est une langue officielle au Canada uniquement au niveau fédéral. C'est-à-dire que les gens peuvent l'utiliser, recevoir des services publics en français, les documents sont traduits en français, etc. Mais dans la plupart des provinces, l'anglais prévaut toujours, bien que le français soit protégé par la loi et que les autorités tentent de promouvoir son utilisation.

Le français est parlé au Canada par environ 8 millions de personnes, soit plus de 20 % de la population. Les francophones sont appelés francophiles, et tous les Postes vivent dans seulement trois provinces : le Québec, l'Ontario et le Nouveau-Brunswick.

province francophone

L'endroit le plus logique pour commencer est bien sûr le Québec, car c'est la seule province où le français est la seule langue officielle. Il est parlé par 85% des habitants. Le Québec était autrefois une région bilingue, mais le français est ensuite devenu la seule langue officielle. Bien qu'il y ait pas mal d'anglophones à Montréal.

Mais la vie au Québec est imprévisible. Il existe une police de la langue ici, et cette année, une nouvelle loi a été introduite qui interdit l'utilisation de l'anglais dans les affaires, dans les tribunaux, dans les services publics, etc. Même les immigrants ne sont pas autorisés à recevoir des services en anglais, et leurs enfants doivent aller dans des écoles francophones.

Ce dernier point est à la fois un inconvénient et un avantage. Ma famille et moi avons vécu au Québec pendant presque 4 ans, et nos enfants parlent maintenant couramment le français et l'anglais grâce à cela. C'est plus difficile avec le russe, il en va de même pour l'ukrainien et le polonais. Ils ont aussi appris ces langues et les parlaient très bien, mais ils les ont oubliées.

Si vous ne connaissez pas le français, vous ne devriez pas aller au Québec. Mon mari ne l'a jamais appris, et il était parfois mal à l'aise pour communiquer. Et maintenant, après la franconisation, c'est devenu encore plus difficile au Québec.

Autres provinces francophones

Permettez-moi maintenant de vous parler des autres provinces et territoires canadiens. Trois territoires du nord du Canada sont officiellement considérés comme multilingues : Nunavut, Yukon et Territoires du Nord-Ouest. Mais là-bas, en plus de l'anglais et du français, les langues indigènes sont considérées comme officielles, et le français est en fait parlé par très peu de personnes, entre 2 et 4 %.

La seule province où l'anglais et le français sont utilisés de façon presque égale est le Nouveau-Brunswick. Là-bas, 40% de la population considère l'anglais comme sa première langue et 30% le français comme sa première langue. Les autres sont originaires d'autres pays. Incidemment, 34 % des Néo-Brunswickois se décrivent comme bilingues. Il est possible de recevoir des services et un enseignement dans les deux langues dans cette province. Et il existe également un filière séparée pour les francophones dans le programme d'immigration du Nouveau-Brunswick. Ainsi, en termes de bilinguisme, le Nouveau-Brunswick est probablement un bon exemple.

Provinces anglophones

Que se passe-t-il dans les autres provinces ? Je commencerai par Ontario, la province la plus populaire, où, d'ailleurs, je vis maintenant. Savez-vous combien de pourcentages de la population parlent français ? Seulement 4%. Une partie de la province ne parle que l'anglais, et une autre partie est considérée comme bilingue, mais ce n'est pas tout à fait vrai, en Ontario, sauf qu'il y a des zones francophones. Mais les services provinciaux sont bilingues, et il y a beaucoup d'écoles francophones par rapport aux autres provinces.

Si vous connaissez le français mais que, pour une raison quelconque, vous ne voulez pas déménager au Québec, l'Ontario a un programme d'immigration pour les francophones.

Si vous avez besoin d'aide en matière d'immigration — contactez-moi car je travaille comme consultant en immigration agréé partout au Canada, sauf au Québec. Vous avez besoin d'une licence supplémentaire là-bas, je ne l'ai pas encore.

Quant aux autres provinces, le français ne s'y porte pas très bien. Après l'Ontario, la province la plus francophone est l'Île-du-Prince-Édouard, avec un peu plus de 3 % de francophones. Il n'y a pas grand-chose à dire sur la province car les services en français y sont en développement depuis des années et il y a quelques écoles françaises. C'est à peu près tout.

Viennent ensuite Nouvelle-Écosse et Manitoba. Il n'y a aucune obligation légale en Nouvelle-Écosse de fournir des services en français. Lorsque la province a rejoint le Canada, elle avait une seule langue officielle, l'anglais.

Au Manitoba, toutes les lois étaient autrefois rédigées en anglais seulement. Ensuite, le français a obtenu un statut égal, mais dans la pratique, les services provinciaux en français ne sont disponibles que dans certaines régions, et l'anglais reste la langue principale.

La prochaine province dont je vais parler est Alberta. La langue officielle y est uniquement l'anglais, le français n'étant parlé que par 2% de la population. Mais ce langage peut être utilisé par le corps législatif et certains tribunaux. Les lois sont rédigées uniquement en anglais, elles ne peuvent pas être traduites en français.

En Saskatchewan, comme au Manitoba, l'anglais était la seule langue officielle jusqu'à il y a quelque temps. Aujourd'hui, il y a des écoles françaises, les lois peuvent être publiées dans les deux langues, et le français peut être utilisé dans le corps législatif et les tribunaux. Mais les règles du tribunal, curieusement, doivent être bilingues, contrairement à tout le reste. Et moins de 1,5% de la population parle français.

Les deux autres provinces sont presque entièrement anglophones. En Colombie-Britannique, il y a environ autant de francophones qu'en Saskatchewan. Il y a peu d'écoles francophones, un seul collège francophone et, en général, les autorités provinciales ne font aucune tentative pour promouvoir l'utilisation du français de quelque façon que ce soit.

Et la province la plus anglophone du Canada est Terre-Neuve-et-Labrador. Le gouvernement offre un minimum de services en français, et seul l'anglais est utilisé dans les corps législatifs, les tribunaux, les écoles et la fonction publique. Étant donné le peu de francophones que compte la province, moins de 1 % de la population, le français n'y est pas vraiment nécessaire.

Pourquoi apprendre le français

Un petit résumé — si vous ne connaissez pas le français, il vaut mieux ne pas aller au Québec, mais toutes les autres provinces sont à votre choix. Et si, au contraire, vous connaissez le français et non l'anglais, s'il y en a aussi, le plus simple sera d'aller au Québec ou au Nouveau-Brunswick.

Mais voici une autre chose que je veux dire : si vous allez immigrer au Canada et que vous ne prévoyez pas de vivre au Québec, je vous conseille quand même d'apprendre le français. Il semblerait pourquoi, quand tout le monde parle anglais. Mais le fait est que, parce que le gouvernement essaie de protéger la langue française, ceux qui la connaissent ont plus de chances d'immigrer.

Des points supplémentaires pour le français sont accordés dans les programmes d'immigration. Il existe des programmes distincts pour les francophones. Par exemple, comme je l'ai déjà dit, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. En outre, de nombreux programmes d'immigration accordent plus de points pour le bilinguisme.

Ivanna Pavlenko, consultante en immigration agréée canadienne

  • #langues au Canada
  • #langues parlées au Canada
  • #langue officielle du Canada
  • #langue nationale du Canada
  • #anglais au Canada
  • #français au Canada
  • #français pour l'immigration au Canada
  • #anglais pour l'immigration au Canada
  • #immigration au Canada
  • #vie au Canada
  • #émigration au Canada
  • #résidence permanente au Canada