Quels types de travailleurs sont en pénurie au Canada en ce moment ?

Quels types de travailleurs sont en pénurie au Canada en ce moment ?

Quelles sont les professions les plus demandées, combien sont-elles payées et dans quelles provinces y a-t-il le plus de postes vacants ?

Le nombre d'offres d'emploi au Canada augmente comme une traînée de poudre. Aujourd'hui, selon Statistiques, il n'a jamais été aussi élevé, avec 72 % de postes vacants en plus qu'en 2020.

Le Canada connaît toujours une énorme pénurie de main-d'œuvre. Vous en découvrirez la raison dans un instant, mais je vais maintenant vous dire quels sont les secteurs qui ont le plus besoin de travailleurs. Je vais nommer les salaires par profession. L'information provient d'un site web canadien consacré à l'emploi Glassdoor. Les informations sur les salaires proviennent d'enquêtes anonymes auprès des employés, je pense qu'on peut leur faire confiance.

Secteurs en demande

Je commencerai par le secteur des soins sociaux et de la santé. Le nombre de postes vacants dans ce secteur est hors norme. Il y a toujours eu un besoin de médecins et de travailleurs sociaux, car la population augmente, les gens ont besoin de traitements et les retraités ont besoin de soins. La demande de travailleurs dans ce secteur est donc élevée et l'est encore plus depuis la pandémie. Il y a actuellement environ 137 000 postes vacants dans le secteur de la santé.

Et une énorme proportion, près de 70%, se trouve dans des professions telles que les aides-soignants, les aides-soignants et le personnel de soins aux patients. Oui, c'est un travail difficile et tu pourrais avoir à essuyer les fesses de personnes âgées. Si cela vous effraie et que vous souhaitez obtenir facilement un visa canadien pour être accueilli à bras ouverts et recevoir les clés d'une maison avec piscine, je ne peux que vous suggérer de vous réveiller.

Si vous êtes infirmier dans votre pays, vous devrez descendre dans l'échelle des carrières, mais c'est une grande chance de se faire connaître au Canada. Ces professions ne nécessitent pas de formation supplémentaire ni de licence. Et le salaire n'est pas mauvais — en moyenne 45 000 dollars canadiens par an avant impôts. Il est difficile de dire quel sera le montant après déduction fiscale, chaque province ayant ses propres taxes. Mais encore une fois, je vous suggère d'être réaliste et de ne pas rêver immédiatement de vivre à Toronto, mais de vous tourner vers des villes plus petites où la vie est moins chère.

J'ai une excellente interview d'une jeune fille, Olga, qui a réussi à trouver un emploi dans son pays pendant la pandémie. Cependant, elle n'est pas devenue infirmière mais aide-soignante. Cette profession est également très demandée, je pense donc que son expérience sera utile à de nombreuses personnes. Dans l'interview, Olga a expliqué comment elle a cherché un emploi et déménagé.

Je vais continuer sur le secteur de la santé. Ce domaine nécessite encore diplôme et infirmières diplômées. Ils ont déjà un salaire plus élevé, à 81 000 dollars canadiens par an. Mais pour travailler en tant qu'infirmière ou aide-soignante au Canada, vous devrez étudier pour ces professions et obtenir une licence. Si vous avez de l'argent, du temps et l'envie, c'est une bonne option. Mais sachez que vous aurez besoin d'au moins 25 000 à 30 000 dollars canadiens par an pour vos études et vos frais de subsistance. Je préférerais d'abord chercher un emploi dans une profession qui ne nécessite pas de licence, comme celle d'infirmière. Et ensuite, lorsque vous aurez un permis de résidence permanente, le coût de l'éducation au Canada pour vous sera deux ou trois fois moins élevé.

Les travailleurs de la construction sont les suivants. Bien sûr, le besoin de ces professionnels est tout à fait évident. Le Canada se développe, il se développe, et il a besoin de travailleurs. Les habitants sont habitués aux conditions de serre et ne sont pas désireux de travailler sur des chantiers de construction.

J'ai un ami qui est passé du statut d'étudiant à celui de directeur dans une entreprise de construction. Il m'a dit qu'ils n'arrivaient pas à trouver de travailleurs. Beaucoup de Canadiens préfèrent traîner avec de l'herbe et les travailleurs ne sont pas très bons dans ce domaine. Je vois, à partir de son exemple, comment on peut se construire une carrière huppée au Canada en quelques années. Et, encore une fois, il a commencé par aller à l'université, ils ne lui ont même pas donné de visa la première fois.

L'industrie de la construction en particulier a besoin d'assistants de construction et de bricoleurs, avec un salaire moyen de 63 000 dollars canadiens par an. Le Canada a également besoin de plotteurs. Ils gagnent un peu plus, 64 500 dollars canadiens. Si vous n'avez pas peur d'un tel emploi, vous pouvez rechercher des postes vacants.

Viennent ensuite l'industrie manufacturière et le commerce de détail. On compte 87 400 emplois dans ces secteurs. Des chiffres records pour ces secteurs. Dans le secteur manufacturier, le Canada a le plus besoin de transformateurs alimentaires. Ils gagnent peu en moyenne, environ 34 000 dollars canadiens par an. Il faut aussi des fabricants de métal. Ils gagnent plus, 54 000 dollars canadiens. Il y a également beaucoup de postes ouverts dans les magasins d'alimentation et de boissons et les magasins de proximité.

Postes vacants par province

Quelles sont donc les provinces qui ont le plus d'emplois disponibles en ce moment ? Il y en a cinq : Terre-Neuve et Labrador, Colombie-Britannique, Nouveau-Brunswick, Manitoba et Ontario. Il y a aussi beaucoup de postes vacants dans le reste des provinces, mais pas une pénurie aussi grave de travailleurs. Il y a pourtant l'embarras du choix.

Pourquoi n'y a-t-il pas assez de travailleurs ?

Il est probable que beaucoup de gens ne comprennent pas ce que l'augmentation des postes vacants a à voir avec cela, je vais l'expliquer dans un instant. Ce n'est pas parce que les conditions de travail au Canada sont si mauvaises que les gens s'en vont et créent un roulement et une pénurie de personnel. Au contraire, les employeurs ont eu du mal à embaucher des employés en raison de la baisse du chômage. En d'autres termes, les personnes disponibles ont déjà été embauchées, de nouveaux postes vacants sont apparus, tous les anciens n'ont pas encore été fermés et il n'y a pas de nouveaux employés.

Pour être juste, il existe encore au Canada des employeurs sans scrupules qui embauchent des étrangers et les trompent ensuite. J'ai des entretiens avec des filles qui sont venues travailler dans une ferme et ont été trompées. Ils m'ont dit ce qu'ils faisaient et comment le gouvernement les aidait.

Avantages pour les étrangers

La pénurie de personnel est encore bonne pour les demandeurs d'emploi au Canada. Après tout, les employeurs sont censés augmenter les salaires grâce à elle. Et cette situation est déjà observée. En moyenne, les salaires offerts au Canada ont augmenté de 2,5 %. Le pourcentage varie selon les domaines, parfois même beaucoup plus élevé. Par exemple, dans le commerce de gros, l'augmentation est de près de 10%, et dans l'industrie manufacturière, de 6,5%.

Mais l'augmentation de salaire est plus importante pour ceux qui sont déjà au Canada. Si vous cherchez un emploi dans votre propre pays, ne vous attendez pas à ce que les employeurs vous fassent concurrence. Il est préférable de se contenter de ce qui est disponible en premier. Après tout, trouver un emploi au Canada n'est pas facile si vous êtes à l'étranger.

En général, si vous voulez trouver un emploi au Canada, c'est le bon moment. L'essentiel est de ne pas prendre trop de temps, comme pour l'obtention d'un permis de séjour permanent, car plus vous vieillissez, plus vos chances d'immigration diminuent.

Alex Pavlenko, fondateur de Immigrant.Today

  • #emplois au Canada
  • #emplois au Canada
  • #emploi au Canada
  • #emplois au Canada pour les étrangers
  • #emplois au Canada pour les immigrants
  • #recherche d'emploi au Canada
  • #immigration au Canada par le travail
  • #contrat de travail au Canada
  • #visa de travail au Canada
  • #permis de travail au Canada
  • #meilleures professions pour le Canada
  • #professions en demande au Canada