Les horreurs du travail au Canada : comment les immigrants sont-ils trompés et que pouvez-vous faire ?

Les horreurs du travail au Canada : comment les immigrants sont-ils trompés et que pouvez-vous faire ?

Des jeunes filles originaires d'Ukraine ont trouvé un emploi au Canada mais ont été confrontées à une violation de leurs droits par leur employeur. Ils ont accepté de nous dire comment ils se sont sortis de cette situation.

Trouver un emploi au Canada peut être un parcours long et ardu. Et le pire, c'est que vous vous retrouvez avec un employeur sans scrupules. C'est la situation à laquelle ont été confrontées Liusya et Alya, des jeunes filles originaires d'Ukraine, qui se sont rendues dans la province de l'Ontario pour travailler dans une ferme. Ils rêvaient du Canada depuis longtemps, mais à leur arrivée, ils ont reçu des logements en mauvais état, des humiliations de la part des responsables, des menaces de licenciement et des heures supplémentaires constantes.

L'histoire des femmes immigrées

Lucy et Ali ont toutes deux vécu dans différents pays européens et travaillé dans l'industrie agroalimentaire.

"Pays libre, bon salaire, sécurité", voilà comment les filles imaginaient le Canada.

Ils ont choisi ce pays, entre autres, parce qu'il est beaucoup plus facile d'y obtenir une résidence permanente que dans d'autres pays. Les filles avaient initialement prévu de postuler par le biais du système Express Entry, mais elles ont décidé de suivre une amie qui avait un contrat de travail dans une ferme de poivrons.

Emploi et conditions

Lyusia et Alya obtiennent un emploi par l'intermédiaire d'une agence de recrutement dans leur pays d'origine, l'Ukraine. Pour les travailleurs agricoles, ils proposent un horaire de 45 heures par semaine avec un salaire horaire minimum dans la province où le poste est ouvert. Les filles ont accepté cet emploi en Ontario, où le salaire minimum est de 14,35 dollars canadiens par heure. Les services de l'agence ainsi que le visa de travail coûtent 3 000 à 4 000 USD.

Aucun test linguistique n'était exigé pour ce poste, il suffisait de rédiger un texte sur soi-même et de joindre une photo de 3x4 cm. Il a fallu environ un mois et demi pour remplir toutes les formalités administratives.

La serre où les filles étaient hébergées se trouvait à 40 minutes de route de la ville la plus proche, et le magasin n'était accessible qu'en voiture. L'agence avait promis aux filles un logement dans une nouvelle maison, mais elles se sont retrouvées dans une maison sale et non réparée.

"Nous étions en train de tout nettoyer après un vol de 11 heures, il était même impossible d'aller se coucher là-bas", raconte Alya à propos de leur enregistrement.

Ils payaient les charges (environ 125 dollars canadiens par mois) et achetaient leur propre nourriture. Leur employeur les emmenait au magasin une fois tous les quinze jours.

Problèmes au travail

Il s'est avéré que le logement n'était pas la pire chose qui attendait Alya et Lucy au Canada. Après une semaine de travail, alors que les filles étaient encore en formation, les accusations ont commencé à affluer pour toutes sortes de raisons. Ils ont été accusés de gâcher les produits et de faire baisser les ventes, ils ont été menacés de licenciement, et leurs responsables ont régulièrement haussé le ton. Cela n'a pas seulement affecté Lucia et Alya, mais tous les travailleurs de leur pays.

Mais la situation a empiré : ils ont commencé à travailler sans jours de congé. Les employés travaillaient 65 à 70 heures par semaine au lieu des 45 heures autorisées. Les heures supplémentaires ont été payées au taux normal, sans majoration. Cela a duré un mois et demi, après quoi les filles ont pensé à rentrer chez elles.

Ils ne pouvaient pas trouver un autre emploi car ils avaient obtenu un visa de type fermé, qui ne leur permettait de travailler que pour un seul employeur.

La solution

Lyusia et Alya ont décidé de chercher des moyens de résoudre le problème. Ils ont trouvé un programme de protection des travailleurs vulnérables sur un site web du gouvernement canadien, qui détaille ce qu'il faut faire si vous tombez sur un employeur peu scrupuleux.

"Nous avons décidé d'essayer de nous plaindre, nous avons pensé que peut-être quelque chose pourrait s'arranger. Nous n'y croyions pas vraiment, mais nous avons décidé d'essayer", ont déclaré les filles.

Ils devaient envoyer au gouvernement des preuves d'une violation des droits des employés. Il s'agissait de photos de la maison et du calendrier des travaux, ainsi que d'une description détaillée de ce qui se passait.

Trois jours plus tard, Alya et Ljusia ont reçu une réponse indiquant que leur plainte avait été traitée. Une semaine plus tard, ils ont reçu par courrier de nouveaux permis de travail, leur permettant de travailler pour n'importe quelle entreprise au Canada.

L'autre côté du Canada

Les filles ont déménagé à Vancouver, dans la province de Colombie-Britannique. Ils ont décidé de viser deux programmes d'immigration à la fois afin de pouvoir espérer vivre en permanence à l'avenir : Lucia a accepté un emploi d'aide-cuisinière et fera une demande dans le cadre du volet compétences faibles à moyennes, auquel conviennent les travailleurs de l'industrie hôtelière, et Alya est devenue nounou dans une famille russophone et prévoit de faire une demande dans le cadre du programme de nounou.

Lucia travaille maintenant 8 heures, 5 jours par semaine, pour 17 dollars canadiens de l'heure, plus 2 dollars canadiens supplémentaires de l'heure, soit un total de 19 dollars canadiens de l'heure. En outre, il y a des déjeuners gratuits (n'importe quel plat du menu).

"C'est en fait un travail très facile. Je fais des conserves, je coupe des fromages, je coupe des légumes et j'aide parfois à préparer des salades", explique Lucia.

Alya, en revanche, a trouvé une bonne famille qui la paie 18 dollars canadiens de l'heure avec les mêmes horaires.

Le coût de la vie au Canada

Vancouver est l'une des villes les plus chères du Canada, et les filles travaillent pour un salaire très modeste, selon les normes canadiennes. Mais, selon eux, ils ont assez pour tout.

Ils louent une partie d'une maison individuelle — c'est un salon, une chambre et une cuisine, et les filles partagent la salle de bain avec une autre famille. Le loyer coûte $1200 CAD par mois, les services publics sont inclus, l'internet est partagé avec les voisins et coûte $25 CAD. 500 à 600 dollars canadiens pour deux personnes sont consacrés à la nourriture et environ 200 dollars canadiens aux voyages.

Lucy et Alya ont déclaré que chacune d'entre elles dispose de 1300-1500 dollars canadiens par mois à dépenser pour les divertissements, les voyages et les cadeaux pour leurs parents après toutes leurs dépenses.

Alex Pavlenko, fondateur de Immigrant.Today

  • #travail au Canada
  • #emploi au Canada
  • #travail saisonnier au Canada
  • #travail temporaire au Canada
  • #travail agricole au Canada
  • #immigration au Canada par l'emploi
  • #immigration au Canada par le travail
  • #travail en serre au Canada
  • #travail au Canada pour les étrangers
  • #travail au Canada pour les immigrants
  • #immigration au Canada
  • #émigration au Canada