Pêcheurs et travailleurs de la pêche au Canada : combien d'argent peut-on gagner ?

Pêcheurs et travailleurs de la pêche au Canada : combien d

Vous êtes un passionné de pêche et de tout ce qui touche à la mer ? Sachez que votre passion peut vous aider à déménager au Canada.

Dans cet article, nous allons voir :

  • comment le Canada gagne de l'argent avec le poisson ;
  • combien de personnes travaillent dans le secteur de la pêche ;
  • l'infrastructure du marché du poisson ;
  • les postes et les salaires accessibles aux immigrants ;
  • les programmes d'immigration par profession ;
  • les postes actuellement vacants dans le secteur de la pêche.

L'industrie de la pêche et des fruits de mer joue un rôle énorme dans l'économie canadienne. Le pays est entouré de trois océans, et le Canada compte deux millions de lacs. Il n'y en a pas de semblable ailleurs dans le monde ! Les travailleurs des usines de transformation du poisson et des fruits de mer figurent parmi les cinq travailleurs étrangers les plus demandés. Dans cet article, nous parlerons d'autres professions dans le secteur de la transformation du poisson et nous vous parlerons des salaires et d'autres informations utiles.

Exportations de poissons et de fruits de mer

La plupart des produits de la pêche sont exportés, principalement vers les États-Unis voisins, mais aussi vers la Chine, le Japon et l'Europe.

En 2018, le Canada a exporté pour 6,9 milliards de dollars de poissons et de fruits de mer dans près de 140 pays. Il s'agit notamment du saumon, des crevettes, du crabe, des coquilles Saint-Jacques, du hareng, du merlu et de nombreux autres types de poissons. Et vous savez qui a fait rentrer 2,2 milliards dans les caisses ? Le homard !

Combien de personnes travaillent dans le secteur de la pêche ?

Environ 72 000 personnes sont employées dans l'industrie de la pêche au Canada pour la capture, l'aquaculture (élevage de poissons dans des plantations) et la transformation. L'industrie de la pêche est développée dans presque toutes les provinces, sauf l'Alberta et le Yukon, mais surtout dans les provinces de l'Atlantique.

Au Canada, l'aquaculture contribue à l'économie à hauteur de 3,1 milliards de dollars. Au cours des 20 dernières années, la production aquacole du pays a plus que doublé. L'industrie emploie aujourd'hui environ 15 000 Canadiens et exporte 100 000 tonnes de produits.

Nombre total de salariés employés en 2017 :

  • Nouvelle-Écosse — 17 669 personnes ;
  • Terre-Neuve-et-Labrador — 17 904 ;
  • Nouveau-Brunswick — 13 118 personnes ;
  • Colombie-Britannique — 9 805 personnes ;
  • Québec — 6 655 personnes ;
  • Île-du-Prince-Édouard — 6 547 personnes ;
  • Ontario — 2 070 personnes ;
  • Manitoba — 1 382 personnes ;
  • Saskatchewan — 1 202 personnes ;
  • Territoires du Nord-Ouest — 136 personnes ;
  • Nunavut — 73 personnes.

Nombre de navires de pêche et d'exploitations piscicoles

Naturellement, c'est sur la côte atlantique que l'on trouve le plus de navires de pêche et de fermes piscicoles enregistrés. Le total pour le Canada en 2017 était de 17 636 navires, dont 85 % dans l'Atlantique. Le nombre d'établissements aquacoles pour 2017 était de 948, dont 57 % dans l'Atlantique, 26 % dans le Pacifique et les 17 % restants dans les eaux intérieures.

La Colombie-Britannique cultive du saumon, de la truite, des palourdes, des huîtres et des pétoncles dans des fermes piscicoles. C'est en Ontario que l'on cultive le plus de truites au pays, tandis que l'Île-du-Prince-Édouard cultive des moules et la Nouvelle-Écosse d'autres coquillages. Et la capitale du homard est Shediac au Nouveau-Brunswick !

Travailleurs des usines de poisson, pisciculteurs et pêcheurs : demande et salaires

Les entreprises canadiennes du secteur de la pêche embauchent souvent des étrangers pour travailler parce que les employés locaux sont en nombre insuffisant. Le problème est particulièrement aigu dans les provinces de l'Atlantique.

Selon Jerry Amiro, de la New Brunswick and Nova Scotia Lobster Processors Association, les transformateurs de fruits de mer du Canada atlantique sont confrontés à de graves pénuries de main-d'œuvre, de sorte que le secteur dépend de plus en plus des travailleurs migrants. En 2017, 1 800 emplois dans la région n'ont pas été pourvus en raison d'une pénurie de travailleurs du poisson, et 2 500 travailleurs supplémentaires seront nécessaires au cours des cinq prochaines années pour remplacer les retraités.

"Une usine de transformation des fruits de mer a dû faire appel à ses employés de bureau pour aider à la production, et le propriétaire de l'entreprise a dû peser les homards à l'arrivée des bateaux chargés", a déclaré M. Amiro. — C'est ainsi que les usines locales sont dotées en personnel. Une usine en Nouvelle-Écosse ne pouvait pas ouvrir pendant la saison de pêche au crabe parce qu'il n'y avait pas de travailleurs migrants."

En 2018, les opérateurs d'équipement de transformation du poisson et des fruits de mer figuraient parmi les cinq professions les plus en demande au Canada, avec plus de 1 500 personnes venues au Canada avec un visa temporaire. Ces travailleurs font fonctionner des équipements de transformation et de conditionnement du poisson et des fruits de mer et utilisent des outils de coupe et de nettoyage portatifs pour couper, parer et nettoyer le poisson ou les fruits de mer. Le salaire annuel moyen de ces travailleurs est de 18 351 $.

Vous avez vu 46% du texte.
Lire l'article complet coûte 10 pièces..

  • #emplois au Canada
  • #salaires au Canada
  • #recherche d'emploi au Canada
  • #emplois au Canada
  • #professions en demande au Canada
  • #industrie de la pêche au Canada
  • #emplois de pêcheurs au Canada
  • #emplois dans les usines de poisson au Canada
  • #emplois dans les fermes piscicoles au Canada
  • #aquaculture au Canada