Travailler comme boucher au Canada. L'entretien le plus positif jamais réalisé

Travailler comme boucher au Canada. L

L'Ukrainien Artem Lykov a changé de travail sans avenir pour une vie dans le pays des rêves, où il avait déjà acheté une voiture et sa propre maison.

Ma conversation avec Artem Lykov est un incontournable pour tous ceux qui souhaitent immigrer dans un autre pays. Depuis six ans maintenant, Artem vit dans la province de l'Alberta, célèbre pour ses riches réserves de pétrole. Il travaille cependant comme employé dans une usine de transformation de la viande et ne regrette pas son choix.

— (Alex) Artem, êtes-vous un boucher de métier ?

— (Artem) J'ai aussi été boucher dans le passé ! En fait, j'ai travaillé comme tout sauf comme fabricant de meubles, monteur d'usine et agent de sécurité. J'ai immigré en Alberta en tant qu'employé d'une usine de transformation de la viande. Aujourd'hui, quatre ans plus tard, je travaille dans la même usine de transformation de la viande, mais en tant que superviseur. En russe, on appelle ça maître de production à l'usine : je gère un personnel de 60 personnes, je suis responsable d'une certaine section de la production. Je ne coupe plus la viande moi-même, je veille à ce que d'autres fassent ce travail correctement, conformément aux instructions.

Le boucher Artem Lukov au travail au Canada

Et tout a commencé par un rêve d'enfant

— (Alex) Artem, parlez-nous de votre voyage au Canada.

— (Artem) L'idée de déménager au Canada m'est venue en 8e année, alors que je jouais au ballon avec un ami sur le terrain de football. Mon ami m'a demandé si je pensais à émigrer quelque part. Je lui ai répondu que ce serait une bonne idée d'aller au Canada, car j'avais entendu dire que les immigrants étaient les bienvenus dans ce pays. Il est intéressant de noter que je prenais déjà des cours d'anglais avec un tuteur lorsque j'avais 6 ans. Et quand mon père m'a demandé pourquoi j'avais besoin de l'anglais, j'ai répondu que j'allais grandir et aller vivre en Amérique. Mais j'ai raté la cible et j'ai atterri non pas aux États-Unis, mais au Canada.

— (Alex) Et il a quand même fini en Amérique du Nord !

— Oui. Comme vous pouvez le voir, mon premier rêve de venir ici a commencé dans la cour de récréation. Puis, lorsque j'ai grandi et que j'ai eu une famille, que j'ai goûté à la vie indépendante et à la responsabilité de ma famille, j'ai réalisé que je devais consacrer de plus en plus de temps au travail. En même temps, je ne pouvais que subvenir aux besoins essentiels de ma famille. C'est là que j'ai compris que quelque chose devait changer. J'ai essayé de me réaliser dans mon propre pays, mais j'ai échoué... peut-être parce que je manquais de relations, de connaissances... Et puis j'ai commencé à penser sérieusement à l'immigration et à étudier les informations sur le sujet.

Un jour, je suis tombé sur une vidéo sur internet qui montrait la vie canadienne de mes anciens compatriotes ukrainiens. J'ai été tellement impressionné par ce que j'ai vu que l'idée de déménager m'a littéralement inspiré et que j'ai commencé à transformer mes rêves en réalité.

C'est pourquoi je vis maintenant au Canada avec ma famille et j'ai le statut de RP (résident permanent). Nous sommes heureux, nous avons un autre enfant ici, déjà citoyen canadien.

La famille du boucher Artem Lukov

Premiers pas sur la route du Canada

— (Alex) Qu'as-tu fait exactement pour entrer au Canada ?

— (Artem) Mon chemin jusqu'ici n'a pas été facile, il a fallu de la volonté. Sans elle, il est impossible non seulement de déménager, mais aussi de vivre loin de ses proches, de se débrouiller seul dans un pays étranger. Après tout, vous devez vous réinstaller ici, organiser votre zone de confort.

Lorsque j'ai déménagé, cela faisait déjà trois ans que je travaillais à l'aciérie comme mécanicien réparateur. Je me souviens que lorsque j'ai commencé à travailler à l'usine, un de mes amis m'a dit : "Eh bien, félicitations, Artem, c'est là que tu vas prendre ta retraite, dans cette usine. Je lui ai demandé pourquoi il pensait cela, et son ami a répondu : "Parce que l'usine te donne tellement d'argent que tu peux manger et aller travailler. Mais cette perspective ne me convenait pas.

Je pensais déjà à la manière d'assurer un bon avenir à mes enfants — c'était ma plus grande motivation pour aller de l'avant. Lorsque j'ai fait des recherches sur les programmes d'immigration, je me suis rendu compte que je pouvais aller au Canada dans le cadre d'un programme d'immigration de main-d'œuvre.

Et j'ai commencé à me souvenir de l'anglais : au travail, aux arrêts de travail, en écoutant et en répétant les leçons d'anglais. Mes collègues ont été très surpris lorsqu'ils ont remarqué que quelque chose m'arrivait, que j'étais devenu une personne différente. Je leur ai dit que mon objectif était d'immigrer au Canada, c'est pourquoi j'apprenais l'anglais. Tout le monde ne me comprenait pas. Après tout, je faisais quelque chose qu'ils ne faisaient pas, donc je semblais étrange et peut-être même fou. Et j'étais vraiment obsédé par l'idée de l'immigration !

Cours d'anglais

— (Alex) Vous avez dit que vous avez commencé à étudier l'anglais à l'âge de six ans. Et puis vous avez tout abandonné ?

— (Artem) J'ai étudié la langue avec un tuteur, j'ai étudié l'anglais à l'école et ensuite à l'école technique. Cependant, après cette longue étude, je n'ai que quelques règles en tête, mais pas de pratique orale. Mon niveau d'anglais est donc resté basique. Mais il s'est avéré plus tard que toutes les connaissances que j'avais accumulées au fil des ans n'avaient pas été oubliées : lorsque j'ai commencé à me souvenir de la langue à l'âge adulte, mon apprentissage a été très rapide.

Lorsque je suis venu passer mon test d'anglais pour l'immigration, je devais obtenir 3 points sur un système de 12 points. J'ai obtenu un score de 0, 0, 1, 2 et j'ai été moi-même surpris. Parce que je suis allé passer le test de langue sans aucune préparation particulière, juste par pur enthousiasme.

Cet examen a été passé par un entrepreneur ukrainien qui cherchait de bons travailleurs pour l'entreprise canadienne où je travaille maintenant. D'autres travailleurs de différentes villes d'Ukraine ont passé l'examen avec moi. Plus tard, nous avons voyagé avec eux dans un groupe de 12 personnes jusqu'au Canada. Je suis devenu un ami proche de certains des gars de cette équipe et l'un d'eux est même devenu mon mentor.

Lorsque j'ai passé l'examen préliminaire, je pensais que mon anglais n'était pas si mauvais. Mais ce n'était pas le cas... Pour passer l'examen officiel de l'IELTS, j'ai suivi un cours intensif de langue à Kiev. Les cours d'anglais du stage commençaient à 8 heures et se terminaient à 16 heures.

Boucher Artem Lukov Ukraine

Comment j'ai persuadé mon patron de me donner du temps libre ?

— (Alex) Avez-vous quitté votre emploi pour apprendre l'anglais ?

— (Artem) C'était une situation intéressante. À l'époque, je travaillais à l'ancienne usine Krivorozhstal (aujourd'hui ArcelorMittal) en tant que monteur et j'étais seul sur tout le site. Pour aller m'entraîner à Kiev, je devais prendre un congé, et je l'ai demandé à mon contremaître. Mais le contremaître ne m'a pas donné de congé, mais m'a envoyé chez le chef, qui était craint par tous ses subordonnés parce que c'était un homme très sérieux.

J'ai expliqué au directeur que j'avais déjà signé un contrat avec un employeur canadien et que je devais maintenant apprendre l'anglais dans un cours de deux mois à Kiev. Il ne voulait pas non plus me laisser aller à Kiev, car j'étais seule sur mon lieu de travail, et m'a ensuite suggéré de démissionner puisque je quittais l'Ukraine de toute façon.

Mais j'ai trouvé le courage de convaincre mon patron qu'il n'était pas dans son intérêt de me licencier. À ce stade, j'avais déjà fait mes preuves dans la production et je me suis rendu compte qu'il ne serait pas facile de me trouver un remplaçant. J'ai dit à mon responsable que j'essaierais d'aller au Canada et de m'installer dans ce nouveau pays, mais que si j'échouais et que je devais rentrer, je ne voudrais pas que mon nom figure dans le "Livre des perdants" de Krivoy Rog. Je préfère retourner sur mon lieu de travail, auquel cas ni moi ni l'usine ne perdront quoi que ce soit. Il est probable que le patron ne s'attendait pas à ce que je sois aussi affirmatif. Si je me souviens bien, il a fumé nerveusement, puis m'a envoyé au service des ressources humaines pour organiser mon congé.

Vers la cible — en armure !

Je voudrais dire à tous ceux qui regarderont la vidéo de mon interview ou qui la liront : si vous voulez changer, cela doit commencer de l'intérieur, en modifiant votre perception personnelle de la réalité. Vous devez devenir une personne déterminée et ferme. Si, pour une raison quelconque, vous n'êtes pas satisfait de la vie dans votre pays d'origine, vous devez revêtir une armure et partir au combat pour un meilleur avenir, pour une meilleure vie. Lorsque j'étais sur le point d'émigrer et que des obstacles se sont dressés sur mon chemin, j'ai poursuivi mon chemin avec détermination et j'ai fait tout ce que je pouvais pour les éliminer.

Comment j'ai préparé l'examen de l'IELTS

C'est une chose de parler anglais, mais c'en est une autre de passer l'examen IELTS. Pour réussir, vous devez connaître non seulement la langue elle-même, mais aussi les différents "trucs", les subtilités de l'examen et les limites de temps.

Un détail précieux de mon étude intensive de l'anglais était l'interaction en direct avec un locuteur natif une fois par semaine. C'est drôle de s'en souvenir maintenant, mais la première fois que nous avons vu un Américain, nous l'avons regardé comme s'il était un Martien et nous nous sommes demandé s'il avait des dents très blanches et une belle peau ! Ce type était gêné par notre attention accrue, effrayé et a commencé à demander : "Les gars, les gars, qu'est-ce qui se passe ?". (les gars, qu'est-ce qui se passe ?). Son travail consistait à nous parler, il devait nous faire parler pour qu'on puisse comprendre le vrai américain. Nos professeurs avaient un bon anglais, mais ils parlaient quand même avec un accent.

En deux mois de travail intensif, pendant la journée sur le cours lui-même et à la maison le soir, j'ai obtenu d'excellents résultats. Mes notes finales à l'examen étaient de 5,5, 5, 6,5 et 4,5 (écrit). J'ai fait un peu moins bien à l'écrit, parce que je n'ai pas bien saisi le sujet.

— (Alex) Ai-je bien compris : vous avez passé l'examen avec une note moyenne de 1-3, puis vous avez suivi un cours spécial pendant 2 mois et avez passé l'examen IELTS avec une note moyenne de 5.0 ?

— (Artem) Oui, j'ai obtenu ces résultats parce que j'étais déterminé à aller dans la bonne direction.

Artem Lukov

Comment briser la barrière de la langue et s'immerger dans l'anglais ?

Lorsque j'étudiais la langue, je m'immergeais complètement dans l'environnement anglophone ; j'essayais de ne pas parler du tout le russe.

Nous avons trouvé une communauté mormone à Kiev — il s'agissait de gars d'Amérique qui avaient pris l'avion pour l'Ukraine afin de promouvoir leur église mormone. D'ailleurs, de nombreux Ukrainiens s'y rendent pour pratiquer leur anglais. Les Mormons comprennent cela et nous traitent très bien.

Nous avons apprécié de communiquer avec ces enfants. Pendant nos réunions, ils ont fait différents quiz et jeux en anglais. Lorsque nous ne comprenions pas quelque chose, ils nous le faisaient comprendre et l'expliquaient. De cette façon, j'ai réussi à faire tomber ma barrière linguistique dans la communication avec les étrangers : j'ai cessé d'avoir peur de faire des erreurs par crainte de paraître stupide et inculte.

Je me souviens qu'un type d'Israël est venu dans notre entreprise. Il parlait russe comme s'il était lui-même russe ou ukrainien. En plus du russe, il avait également une excellente maîtrise de l'anglais, tout cela parce qu'il s'était beaucoup entraîné à le parler. Vous ne devriez pas avoir peur de faire des erreurs — vous devriez avoir peur de ne rien faire, je pense.

— (Alex) Oui, c'est un conseil précieux.

— (Artem) Beaucoup de mes amis, qui savaient que j'étais enthousiasmé par l'idée de l'immigration et que j'avais décidé de déménager au Canada, ne pensaient pas que je réussirais.

Tout d'abord, parce qu'il existe de nombreuses organisations sans scrupules qui ne font que demander de l'argent et disparaissent ensuite, et n'aident pas du tout à immigrer, comme elles le promettent au début. Certaines de mes connaissances ont souffert de telles escroqueries. Mais il y avait aussi des gens qui croyaient que tout s'arrangerait pour moi. Par exemple, ma cousine Masha parlait bien anglais, et nous communiquions souvent en anglais.

À l'époque, j'avais une fixation : l'immersion totale dans un environnement linguistique. Et j'ai créé cet environnement pour moi-même. Tout le monde peut faire de même : il existe de nombreux livres audio, films et formations diverses qui vous permettent d'apprendre la langue à un niveau décent, nécessaire pour l'immigration.

Artem Lukov à l'aéroport de Boryspil

Ce qui s'est passé ensuite

Après avoir passé mon test de langue, j'ai passé une visite médicale et commencé à me préparer pour mon vol vers le Canada. Et là, on m'a informé que je devais attendre quelques semaines, car le vol était reporté. Bien sûr, j'étais un peu inquiet et je suis retourné à l'usine pour ne pas rester inactif. Mes connaissances se sont moquées en disant : "Le Canadien est déjà de retour". La consolation était que le visa canadien était déjà dans mon passeport.

— (Alex) Visa de travail ?

— (Artem) Oui, j'avais un visa de travail. Mais cela ne me donnait pas le droit de travailler pour une autre organisation que celle qui m'avait invité. Quelques jours plus tard, le mardi, j'ai reçu un appel téléphonique m'informant que notre équipe de travailleurs partait pour le Canada dès le samedi. Et j'ai pensé à tout ce que j'avais encore à faire. Je suis immédiatement allé voir mon patron pour lui demander comment je pouvais partir et je lui ai dit que je serais au Canada dans trois jours.

Le patron a été très surpris et a dit que personne ne se fait virer pour rien, mais que vous pouvez venir travailler en état d'ébriété et que je serai viré immédiatement. Ce n'était pas une option pour moi ; je voulais que ce soit bien fait. Et mon patron m'a aidé — quelques heures plus tard, j'ai été licencié et j'ai rendu mon matériel de travail.

Et puis les événements se sont déroulés comme suit. J'ai pris l'avion pour Lviv, où notre équipe a été rassemblée et informée de ce qui nous attendait et de ce à quoi nous devions nous préparer. Tous les gars étaient très heureux, car notre rêve était devenu réalité — nous nous envolions pour travailler au Canada !

Je n'avais jamais volé dans un avion auparavant. Mais ici, l'adrénaline était hors norme : j'étais très nerveux et en même temps impatient de faire le vol. (Au fait, maintenant j'ai une nouvelle idée — je veux sauter d'un parachute !)

On a pris l'avion de Lviv à Varsovie. J'étais curieux de me promener dans l'aéroport et de tout regarder. Un vol de Varsovie nous attendait pour Toronto, puis pour Calgary. C'était un si long vol. Pendant le vol, j'attendais toujours d'être nourri, je devais être très nerveux.

Le boucher Artem s'envole pour le Canada

Dans une yourte d'ours polaire

Je garde un excellent souvenir de ces événements : c'était très excitant de sortir de ma routine et de m'immerger complètement dans quelque chose de nouveau. Je me sentais comme un enfant qui commence à explorer le monde.

Le voyage ne s'est pas déroulé sans humour. J'ai emporté beaucoup de vêtements chauds pour le Canada : vestes, sweat-shirts, etc. Je me suis habillé avec mes vêtements les plus chauds : une veste, un pantalon en coton... Je pensais que nous allions vivre au Canada comme en Sibérie : dormir dans une yourte au milieu des ours polaires. Avant de partir, j'ai oublié de chercher sur Google des informations sur la météo au Canada et sur la façon dont les gens s'habillent en général.

Bref, je sortais de l'aéroport, comme un "Sibérien". Et un Philippin en tongs, short et tee-shirt s'avance vers moi, buvant du jus de fruit et me regardant avec un grand étonnement.

Cinq oreillers pour un

Nous avons été pris en charge à l'aéroport de Toronto et emmenés en bus jusqu'à notre hôtel, où des chambres confortables nous ont été fournies. Je me souviens de grands lits avec des matelas et 5 oreillers, ce qui m'a beaucoup surpris car je n'avais jamais vu un tel lit auparavant. J'ai pensé à l'époque, pourquoi tant de coussins ?

— (Alex) Un lit pour 5 personnes (je plaisante) !

— (Artem) Ouais... Nous vivions tous dans des chambres doubles et chacun d'entre nous avait son propre grand lit avec 5 oreillers. Au passage, nous avons été accueillis par des immigrés russophones, accueillis chaleureusement et immédiatement bien nourris : tout le monde a eu droit à une grande portion de riz et de salade et à une dinde grillée au barbecue. La taille des portions nous a fait craquer : nous n'avons pas pu les finir, alors nous avons mis le reste de notre dîner dans des plateaux et l'avons ramené dans nos chambres.

Puis nous sommes allés nous coucher, mais nous n'avons pas pu dormir non plus — le processus d'adaptation au nouveau fuseau horaire avait commencé : il était 3 heures du matin au Canada et midi à la maison, alors nous avons décidé de finir notre dîner au lieu de dormir.

À l'hôtel, j'ai continué à être émerveillée par tout ce que j'ai vu et j'ai pris des photos de tout : la plomberie en cuivre dans la salle de bain, les montagnes de sandwichs et de café gratuits dans la salle à manger pour le petit-déjeuner, etc. J'étais étonné de la gratuité de la nourriture à l'époque ; nous nous réjouissions tous d'une telle gratuité ! Maintenant, j'ai l'habitude que le personnel de l'hôtel s'occupe des clients, et c'est normal.

Le boucher Artem Lukov dans l'hôtel

Niagara et le buffet chinois : un début de solution !

Au matin, il s'est avéré que tous nos garçons étaient restés debout toute la nuit et se promenaient dans Toronto. Puis on nous a tous rassemblés et emmenés voir les chutes du Niagara. D'ailleurs, de nombreux immigrants commencent leur vie au Canada en visitant précisément les chutes du Niagara.

— (Alex) Il y a une énergie très puissante ici.

— (Artem) Oui, c'est extrêmement beau là-bas, de tels paysages autour ! Dans l'ensemble, c'était cool ! Je me souviens que je suis tombée dans l'herbe et que je me suis allongée pour profiter de la beauté. J'ai également été surpris de constater que l'endroit était très propre et que les gens étaient amicaux, venant vers nous tranquillement et nous disant bonjour. Alors nous avons tous dit, "Bonjour !"

— (Alex) Tu as enlevé ton manteau ? C'est peut-être pour ça qu'on vous a approché...

— (Artem) Non, non, à ce moment-là, j'étais déjà habillé pour le temps. J'étais content d'avoir des choses supplémentaires sur moi. Et mon conseil pour vous : si vous n'avez pas de place dans votre sac, mettez tout sur vous et volez (je plaisante) !

Puis nous avons déjeuné au buffet chinois. Vous y allez et vous obtenez ce que vous voulez et autant que vous voulez, il n'y a aucun contrôle sur la quantité de nourriture. Il y avait une telle variété de plats et nous étions si impatients de tout essayer, que certains de nos gars ont juste pris de la nourriture, pris une bouchée et l'ont rendue. Bien sûr, ce n'était pas très joli, et le personnel du restaurant nous a regardés d'un mauvais œil... Mais nous voulions vraiment tout essayer !

Le boucher Artem Lukov sur Niagara

Bonjour, Alberta !

Puis nous nous sommes envolés pour Calgary, en Alberta. Lorsque vous regardez par le hublot de l'avion la nuit à Toronto, vous voyez un océan infini de lumières, c'est une immense métropole... Une belle photo !

Le vol a été rapide jusqu'à Calgary, où nous avons été accueillis par nos représentants syndicaux et emmenés dans la petite ville de Red Deer, dont la population est de 100 000 habitants. Elle est située entre Edmonton et Calgary.

Une petite digression : lorsque ma grand-mère (et c'est elle qui est "avancée" !) a appris mon idée d'immigrer au Canada, elle a fait le commentaire suivant : "Petit-fils, ils t'emmèneront là-bas pour travailler comme prostitué". Ensuite, quand je suis allée à la commission médicale, j'ai fait une blague moi-même : "Grand-mère, je vais à la commission médicale parce qu'une prostituée d'élite doit être propre !".

À Red Deer, nous avons de nouveau été logés dans un hôtel confortable, dans des chambres douillettes avec de grands lits blancs. C'était un week-end, nous avons donc passé quatre jours à nous détendre et à nous promener dans la région. Notre hébergement comprenait un petit-déjeuner payant. D'ailleurs, je suis arrivé au Canada avec 300 dollars canadiens en poche — et c'est tout ce que j'avais à l'époque.

Station canadienne

En tout, il nous a fallu deux semaines pour nous adapter — pendant cette période, nous n'avons pas travaillé et nous n'avons vu que l'usine elle-même. Les représentants syndicaux nous ont conduits dans la ville et nous ont expliqué où et ce qu'il y avait pour nous aider à nous habituer à notre nouvelle vie. Et notre adaptation s'est déroulée de manière très fluide et confortable.

Dans le bureau syndical de l'usine, on nous a lu le contrat de travail et on nous a présenté la politique interne de l'usine : les exigences, le système d'amendes, etc. Nous avons découvert quelles nationalités travaillent ici, ce que l'on peut attendre d'elles et comment traiter avec elles.

Un de nos gars, qui avait déjà une expérience en Amérique, a dit : "Les gars, c'est une station balnéaire ! Je me souviens que lorsque je suis venu travailler aux États-Unis, ils m'ont donné une pelle dès la sortie de l'avion et m'ont dit : "Va creuser ! Je n'ai même pas eu le temps de prendre une douche.

Oui, pour beaucoup d'entre nous, c'était vraiment une station canadienne payante. Et après deux semaines, nous avions déjà commencé à travailler...

Artem Lukov au Canada

Vous avez lu la première partie de mon entretien avec Artem. Dans la deuxième partie, il racontera comment il a accédé au poste de superviseur au Canada. Vous découvrirez les différences entre les syndicats canadiens et ukrainiens et la manière dont ils protègent les intérêts des travailleurs ordinaires. Nous discuterons des salaires des bouchers et des managers. Artem expliquera en détail le programme d'immigration canadien et comment il a obtenu la résidence permanente. Vous apprendrez à quel point il est réaliste de répéter le voyage d'immigration d'Artyom maintenant. Nous parlerons de sa famille et de sa vie au Canada.

Si vous souhaitez répéter l'histoire d'Artyom et immigrer au Canada, réservez une consultation avec nos consultants en immigration agréés : ils vous expliqueront en détail les programmes d'immigration, évalueront vos chances d'immigration et expliqueront comment ils peuvent être améliorés.


Хотите иммигрировать в Канаду, но не знаете с чего начать?

👉Пройдите бесплатную оценку шансов с помощью искусственного интеллекта, который проанализирует все доступные способы и скажет стоит ли вам тратить время.

  • #emploi boucher au Canada
  • #emploi au Canada
  • #vie au Canada
  • #immigration au Canada
  • #comment se rendre au Canada
  • #relocalisation au Canada
  • #résident permanent au Canada
  • #résidence permanente au Canada
  • #adaptation des immigrants au Canada
  • #immigration de travail au Canada
  • #IELTS
  • #cours d'anglais à Kiev
  • #apprentissage de l'anglais
  • #anglais pour l'immigration
  • #visa de travail au Canada
  • #syndicats canadiens
  • #syndicats au Canada
  • #programmes d'immigration au Canada
  • #programmes d'immigration au Canada