Le Canada prêt à accueillir un demi-million d'immigrants et autres nouvelles

Le Canada prêt à accueillir un demi-million d

Les plans du Canada sont grandioses, mais toutes les provinces ne les approuvent pas.

La grande nouvelle de la semaine dernière est le nouveau plan d'immigration 2023-2025 du Canada. Les objectifs sont à nouveau ambitieux. Le pays vise à accueillir 465 000 immigrants en 2023, puis 485 000 en 2024 et 500 000 en 2025. Ce sont des chiffres absolument records. Nous avons réalisé une analyse détaillée des programmes qui admettront les candidats, des tendances de l'immigration en 2023 et des moyens les plus fiables pour déménager.

Plans d'accueil des immigrants

Le Canada prévoit de développer l'économie grâce aux immigrants. Le gouvernement fédéral attend des nouveaux arrivants qu'ils occupent les emplois vacants et aident ainsi le pays à faire face aux pénuries de main-d'œuvre. Pour ce faire, le Canada a augmenté les quotas dans les programmes d'immigration provinciaux et régionaux afin de permettre aux régions de choisir les compétences dont elles ont besoin. Le Canada veut également augmenter la proportion de la population francophone à travers le pays, également en accueillant des immigrants, et le gouvernement a réaffirmé son intention de changer le système Express Entry pour sélectionner par ce biais les candidats ayant des compétences en demande.

Toutes les provinces canadiennes ne sont pas d'accord pour augmenter le nombre d'immigrants. Par exemple, les autorités québécoises disent qu'elles n'inviteront pas plus de 50 000 personnes par an. Le Québec a son propre système d'immigration et ses propres plans d'accueil des immigrants. La région peut accepter 23 % des nouveaux arrivants par rapport à l'objectif fixé par le gouvernement fédéral. Ainsi, si l'objectif est de 500 000 personnes, le Québec peut en inviter 115 000. Malgré les affirmations du premier ministre selon lesquelles on a besoin de main-d'œuvre dans tout le pays, y compris au Québec, la province se bat pour conserver son empreinte. La principale raison est l'impact négatif possible des nouveaux arrivants sur la préservation de la langue française, qui est la langue officielle du Québec.

La province du Nouveau-Brunswick, quant à elle, est prête à soutenir les immigrants, même ceux qui n'ont pas encore obtenu de permis de résidence permanente. La région a modifié les règles relatives aux subventions pour les familles avec enfants. Désormais, les résidents permanents et ceux qui se trouvent dans la province avec un visa de travail, un visa d'étudiant ou un permis d'entrée pour les Ukrainiens peuvent en faire la demande. Il y a quelques conditions. La famille doit avoir un ou plusieurs enfants en âge scolaire, les parents doivent travailler ou étudier et le revenu familial total doit être inférieur à 80 000 dollars canadiens par an, ou plus de 20 % du revenu doit être consacré à la garde des enfants.

Investir dans une vie meilleure

Le Canada étendra son marché du logement abordable. L'Office du logement ne peut faire face au nombre de demandes d'appartements, et de nombreux logements sont inabordables pour les personnes dans le besoin. C'est pourquoi un tiers du budget fédéral de cette année est consacré aux problèmes de logement. Les initiatives comprennent le versement d'allocations de logement, la construction de nouveaux logements, l'accélération du processus de développement et bien plus encore. Certaines grandes villes ont déjà réussi à réduire considérablement leurs problèmes de logement.

Le Canada dépense également des sommes impressionnantes pour son système de soins de santé. Cette année, les dépenses s'élèveront à plus de 331 milliards de dollars canadiens, soit plus de 8 600 dollars canadiens par habitant et par an. Une grande partie des dépenses est liée au traitement et à la prévention du COVID-19 ainsi qu'à des facteurs permanents tels que le vieillissement de la population, la croissance démographique et la demande croissante de services de santé.

Un nouveau rapport montre que les Canadiens pourraient bientôt renoncer à l'argent liquide. En 2025, seuls 3 % des paiements seront effectués en espèces. C'est l'un des taux les plus bas du monde. Les transactions de paiement virtuelles, mobiles et en ligne ont également atteint des sommets depuis le début de la pandémie. Les cartes de crédit sont désormais le principal mode de paiement au Canada, suivies des cartes de débit. Mais paradoxalement, de plus en plus de Canadiens commencent à épargner en espèces. Par ailleurs, les experts canadiens étudient déjà la possibilité de créer une version numérique du dollar canadien.

Sélections d'immigration

Il n'y a eu que deux sélections au cours de la semaine dernière. L'une d'entre elles a été menée par la province de la Saskatchewan. Des invitations ont été lancées à 55 entrepreneurs qui souhaitent acheter ou créer une entreprise dans la région. Le deuxième tirage a eu lieu en Nouvelle-Écosse, pour les entrepreneurs d'outre-mer et les entrepreneurs ayant obtenu un diplôme universitaire dans cette province. La région a envoyé 6 invitations pour chaque catégorie.

Alex Pavlenko, fondateur du portail d'émigration Immigrant.Today

  • #Nouvelles du Canada
  • #immigration au Canada
  • #émigration au Canada
  • #résidence permanente au Canada
  • #plan d'immigration du Canada
  • #plan d'immigration du Canada 2023-2025
  • #travail au Canada
  • #vie au Canada
  • #immigration au Québec
  • #immigration au Nouveau-Brunswick
  • #aide aux immigrants au Canada
  • #visa au Canada
  • #médecine au Canada
  • #logement au Canada
  • #propriété au Canada
  • #sélections en matière d'immigration au Canada
  • #immigration d'affaires au Canada
  • #immigration au Canada pour les entrepreneurs