Acheter une maison au Canada, aide aux immigrants, discrimination et autres nouvelles

Acheter une maison au Canada, aide aux immigrants, discrimination et autres nouvelles

Voici les points forts de la semaine écoulée.

Acheter une maison au Canada

La Banque du Canada a augmenté son taux directeur à 1,5%. Ce n'est pas beaucoup, mais les Canadiens sont inquiets. Depuis plus de 20 ans, les dépenses des résidents canadiens sont supérieures à leurs revenus. La dette à la consommation par habitant est de 20 686 dollars canadiens, sans compter les prêts hypothécaires. De nombreux Canadiens ont acheté leur maison avec des prêts hypothécaires à taux variable, qui étaient très bas à l'époque. Maintenant, ils doivent payer quatre fois plus, et comme les prix des aliments et de l'essence augmentent aussi, c'est un désastre pour certaines familles.

La Banque du Canada a également publié de nouvelles exigences de revenu pour ceux qui achètent une maison à crédit. Il est plus difficile d'acheter une maison individuelle à Vancouver ou à Victoria, en devant économiser 10 % de son revenu mensuel pour un acompte pendant 30 ans. Si les acheteurs ne sont pas prêts à payer d'emblée 20 % du prix de la maison, ils devront souscrire une assurance hypothécaire et leurs mensualités augmenteront d'au moins 500 dollars canadiens.

Mais il existe aussi des provinces où le rapport entre les salaires et les coûts fixes est adéquat, même dans les grandes villes, comme Alberta et Manitoba. Si vous souhaitez rester au Canada pendant une longue période, choisissez judicieusement la province pour ne pas vous retrouver dans une situation où aucun prêt immobilier n'est disponible. Les gens vivent bien dans les petites villes canadiennes aussi, et les exigences en matière d'immigration sont beaucoup plus faibles, anglais scolaire suffisant.

La liste complète des villes avec les prix moyens de l'immobilier et les conditions d'approbation des prêts hypothécaires.

Élections en Ontario

En Ontario, les élections des gouvernements locaux ont eu lieu élections. Chaque circonscription choisissait un membre du Parlement, et le chef du parti ayant le plus de représentants au Parlement devenait Premier ministre pour les quatre années suivantes. Cette fois encore, le Parti progressiste-conservateur a gagné. Avant les élections, le parti a publié le budget qu'il allait mettre en œuvre. 15,1 millions de dollars canadiens sur trois ans seront investis dans le programme provincial d'immigration de l'Ontario.

La province va demander au gouvernement fédéral l'autorisation de doubler le nombre d'immigrants : au lieu de 9 000 par an, elle acceptera 18 000 nouveaux résidents permanents, notamment par le biais d'un programme de parrainage familial. Le gouvernement promet également de permettre aux étrangers de prouver plus facilement leurs qualifications. Les professionnels de dizaines de professions très demandées, comme les plombiers ou les mécaniciens automobiles, obtiendront les licences nécessaires en 30 jours. Le gouvernement de l'Ontario dépensera 67 millions de dollars canadiens pour délivrer des licences à des professionnels qui ont déjà obtenu le statut de résident permanent, mais qui n'ont pas été en mesure de prouver leur formation et leur expérience professionnelle.

Les immigrés au Canada

Le Canada atlantique a ouvert un service de conseil téléphonique gratuit pour les immigrants potentiels et est sur le point d'adopter une loi visant à réduire les licences des professionnels étrangers. L'inscription à la foire virtuelle de l'emploi du Canada atlantique, dont nous avons parlé dans le dernier digest, est également toujours ouverte.

Ces dernières semaines, la province de Québec a eu une politique controversée en matière d'immigration. Les professionnels étrangers titulaires d'un certificat de sélection du Québec peuvent, depuis le 24 mai, ne pas attendre l'approbation d'Immigration Canada, mais plutôt obtenir un permis de travail ouvert au Québec accéléré. Les membres de la famille du demandeur principal recevront également des permis de travail et d'études ouverts.

En outre, depuis le 24 mai, les règles relatives à la réalisation d'évaluations de l'impact sur le marché du travail ont changé. Les employeurs canadiens ne sont plus tenus d'annoncer les postes vacants et de rechercher des talents locaux avant d'embaucher des travailleurs étrangers temporaires. Si les employeurs paient les travailleurs étrangers temporaires moins que le taux horaire minimum, alors ils doivent les indemniser pour l'assurance maladie et les billets d'entrée à domicile et leur fournir un logement adéquat.

Le 1er juin, la loi sur le respect de la langue française a été approuvée par la Reine, ce qui signifie qu'elle a franchi toutes les étapes de son adoption. Le même jour, le Premier ministre du Québec a déclaré que les immigrants anglophones constituaient une menace pour la langue française. Il exigerait du gouvernement fédéral plus de pouvoirs en matière d'immigration afin d'inviter davantage de francophones dans le cadre du programme de regroupement familial.

Le gouvernement du Québec a publié un appel aux résidents, condamnant les journalistes pour avoir "répandu des faussetés" et assurant qu'il n'y a et n'y aura aucune atteinte aux droits des anglophones. Bien que la nouvelle loi interdise la prestation de services publics en anglais, le gouvernement du Québec n'a pas encore élaboré des règles spécifiques pour la mise en œuvre de la loi et se donne une année supplémentaire pour en discuter. On ignore si l'interdiction s'applique aux travailleurs étrangers temporaires, combien de temps elle durera et comment la durée de leur séjour au Québec sera vérifiée.

Ambassade en Russie

L'ambassadeur du Canada en Allemagne s'est rendu en Arménie fin février, mais un rapport contenant des recommandations sur la future politique du Canada à l'égard de l'Arménie n'a été publié que début juin sur le site web du gouvernement canadien. Le Canada s'inquiète pour son ambassade à Moscou, qui représente également le pays en Arménie et en Ouzbékistan. Pour l'instant, il fournit encore des services aux Russes, mais il est fort probable qu'il soit bientôt déplacé à Erevan.

Sélections d'immigration

Deux provinces seulement ont organisé des manigances en matière d'immigration la semaine dernière.

Le 31 mai, la Colombie-Britannique a organisé une sélection générale, à laquelle elle a invité 147 personnes, dont des techniciens. La sélection ciblée comprenait des travailleurs issus de professions en demande, invitant 30 personnes. La province avait besoin de professionnels de la santé, de vétérinaires, de techniciens animaliers et d'éducateurs de la petite enfance. Au total, 177 personnes ont été invitées.

Le 2 juin, elle a envoyé 146 invitations à proposer la candidature du Manitoba. 54 candidats ont obtenu un diplôme d'un établissement local et 92 candidats de la filière étrangère ont démontré leur volonté de vivre et de travailler au Manitoba.

Alex Pavlenko, fondateur du portail d'émigration Immigrant.Today

  • #Nouvelles du Canada
  • #immigration au Canada
  • #émigration au Canada
  • #résidence permanente au Canada
  • #ambassade du Canada à Moscou
  • #émigration au Canada depuis la Russie
  • #sélections en matière d'immigration au Canada
  • #visa de travail au Canada
  • #salon de l'emploi au Canada
  • #emplois au Canada
  • #élections au Canada
  • #nouvelles canadiennes aujourd'hui
  • #hypothèque au Canada