Les peuples indigènes au Canada

Les peuples indigènes au Canada

Qui fait partie de la population indigène? Comment vivent-ils maintenant?

Histoire

Il y a environ 20 000 ans, le Canada a été colonisé par des ancêtres amérindiens venus d'Asie pour traverser l'isthme du détroit de Béring, alors sans accès à la mer. Les premiers Européens sont arrivés au Canada il y a 1 000 ans, la même année que la colonie normande sur l'île de Terre-Neuve. Il a duré un peu plus d'un an. Au cours du premier millénaire de notre ère, des bateaux de pêche occasionnels en provenance du continent européen ont atteint le Canada, mais les Européens ont commencé à prendre pleinement possession du Canada dès le XVIIe siècle.

Les Indiens et les Esquimaux ont été repoussés vers les régions du nord du Canada, peu peuplées. Ils ont essayé d'assimiler les petits peuples: on leur a interdit de célébrer les fêtes traditionnelles, de porter des vêtements traditionnels, et ceux qui refusaient d'accepter le christianisme ont été privés de leurs droits. Certains Indiens ont été vendus comme esclaves aux Européens par d'autres Indiens appartenant à des tribus en conflit. Aux XIXe et XXe siècles, les enfants indigènes ont d'abord été emmenés volontairement, puis de force, dans des pensionnats où l'on tentait de les éduquer dans les traditions de la culture européenne.

Modernité

Aujourd'hui, les Indiens du Canada se sont installés dans tout le pays, ont obtenu le droit à l'autonomie des terres communales, reviennent au pape en tant que chef de l'Église catholique, et bénéficient de nombreux privilèges de la part de l'État. Les Indiens du Canada sont divisés en Indiens inscrits et non inscrits : les premiers sont officiellement enregistrés comme Indiens et ont droit à des privilèges.

Là où vivent les Eskimos, qui préfèrent s'appeler Inuits, le territoire fédéral du Nunavut, dans leur langue "Notre terre", a été organisé en 1999. Il couvre un quart du territoire canadien. Il existe également des réserves esquimaudes appelées Nunangat — dans les Territoires du Nord-Ouest, dans les provinces du Yukon, Québec et sur la péninsule du Labrador.

Selon le recensement de 2016 de Statistique Canada, plus de 1,6 million de personnes au Canada s'identifient comme autochtones, ce qui représente 4,9 % de la population du pays. 977 230 personnes se sont identifiées comme Indiens, 587 545 comme Métis et 65 025 comme Inuits.

Le Canada compte plus de 600 communautés autochtones et plus de 60 langues. Les Inuits sont divisés en huit groupes ethniques et parlent cinq dialectes. Toutes les autres communautés et langues sont indiennes.

Le plus grand groupe d'Indiens apparentés par la langue est celui des Algonquins. Parmi eux, les nationalités suivantes sont les plus connues:

  • cree;
  • ojibwe;
  • ottawa;
  • l'argent;
  • potawatomi;
  • micmac.

Le deuxième grand groupe d'Indiens apparentés par la langue est celui des Iroquois. Au Canada, seul le mohawk survit réellement à partir de ses dialectes, parlés par environ 3 000 personnes.

Culture

Les cultures indigènes sont très diverses. Les Inuits pratiquent la sculpture sur os et sur pierre depuis des temps très anciens, un art encore préservé aujourd'hui. Il y a régulièrement des festivals de chant de gorge et des concours de chant traditionnel. En émettant des sons de gorge spécifiques, les chanteurs rivalisent d'endurance ou tentent de raconter une histoire ensemble.

Le Canada accueille les Jeux d'hiver de l'Arctique tous les deux ans depuis 1970 et, depuis les années 1990, il invite des athlètes de l'Alaska, du Groenland et de la Russie. Le programme comprend:

  • les courses de chiens de traîneau;
  • les courses de snowboard;
  • les sauts en luge et autres sauts traditionnels inuits;
  • jeux traditionnels dénés: lancer de javelot, glisser dans la neige, tirer à la corde, cacher des objets dans des couvertures et des vestes;
  • la marche en raquettes à neige;
  • une variété de compétitions de ski;
  • le hockey;
  • le patinage artistique.

L'équipe gagnante reçoit une statuette transférable: l'ours atteint le sommet de la défense du narval pour symboliser l'esprit de compétition, le morse s'enroule autour de la base de la défense.

Les peuples indiens vivant dans les réserves ont conservé leurs compétences en matière de chasse et de pêche, ainsi que leur artisanat traditionnel:

  • le tressage de paniers;
  • la fabrication de produits en cuir;
  • le travail des perles;
  • création d'amulettes — capteurs de rêves;
  • la sculpture sur bois.

Des croyances traditionnelles mélangées au christianisme. Les festivals agricoles associés aux changements de saisons, les danses cérémonielles et les légendes et mythes anciens ont survécu.

Les mots "wigwam" et "totem" sont empruntés à la langue ojibway. Les mots "wigwam" et "totem" sont dérivés de la langue ojibway.

Il existe maintenant des réserves indiennes au Canada où des établissements authentiques sont préservés spécialement pour les touristes. Il y a des festivals, des visites, du canoë, des promenades en motoneige et des possibilités de photos avec la faune locale.

Comment traiter avec les populations autochtones

Pendant de nombreuses années, les peuples autochtones, en particulier les Indiens, se sont vu interdire de parler leur langue et de pratiquer ouvertement leurs religions traditionnelles. Dans la seconde moitié du vingtième siècle, la reconnaissance du droit à l'autodétermination des peuples autochtones a progressivement commencé, mais les survivants du système des pensionnats sont toujours en vie et la discrimination existe toujours.

Par exemple, parmi les enfants pris en charge dans les Territoires du Nord-Ouest, 98% sont autochtones, bien que sur le nombre total d'enfants dans cette région, seuls 57% sont autochtones. Lorsque les femmes autochtones vont accoucher dans les grandes villes, car il n'y a pas d'hôpitaux dans leur région, les autorités locales de tutelle leur accordent une attention particulière. Il ne s'agit pas seulement d'une différence culturelle et des attitudes correspondantes envers les enfants, mais aussi d'un préjugé systémique. De même, les taux de criminalité et de suicide sont plus élevés parmi les populations autochtones.

C'est ainsi qu'au XXIe siècle, des personnes ont été condamnées pour "appropriation culturelle" pour toute utilisation d'éléments de la culture indigène traditionnelle. Par exemple, l'écrivain Archibald Belani, qui était marié à une Indienne, a travaillé comme garde forestier en Ontario pendant de nombreuses années et a popularisé les légendes indiennes et la nature canadienne, a été accusé de vol culturel. Les cinéastes qui ont réalisé des films sur les Indiens ont également été blâmés, même si les personnages principaux étaient de vrais Indiens.

Pour certains, ce sont les règles évidentes de l'étiquette, mais au cas où, voici un rappel de ce qu'il ne faut pas faire lorsqu'on a affaire aux représentants de petites nations fières:

  • discuter avec eux de leur histoire et de leur culture, surtout — en pensant que vous la connaissez mieux qu'eux;
  • admirez à haute voix une apparence exotique ou une manifestation frappante de culture (à moins que vous ne soyez sur une réserve touristique, où cette culture est affichée exprès);
  • demandez à ce qu'on vous enseigne des mots dans le dialecte local;
  • en principe, pour souligner l'appartenance de l'interlocuteur à un peuple autochtone.
Source, Source
  • #les peuples autochtones au Canada
  • #la discrimination à l'égard des peuples autochtones au Canada
  • #la vie au Canada
  • #la société au Canada
  • #les minorités au Canada
  • #les Esquimaux au Canada
  • #les Inuits au Canada
  • #les Indiens au Canada