Autre trouvaille terrible : plus de 750 tombes d'enfants sur le territoire de l'ancienne école

Autre trouvaille terrible : plus de 750 tombes d

Il y a tout juste un mois, une découverte similaire a été faite dans un autre établissement d'enseignement au Canada.

Un peu plus d'un mois s'est écoulé depuis la nouvelle choquante selon laquelle 215 enfants indiens ont été retrouvés enterrés sur le terrain de l'ancien pensionnat de Kamloops en Colombie-Britannique. Les autochtones du Canada ont commencé à explorer d'autres terrains scolaires après l'incident, et le gouvernement fédéral s'est engagé à verser 4,88 millions de dollars canadiens pour les recherches.

Cette fois, la découverte était encore plus horrible : une tombe non marquée de 751 personnes sur le terrain d'un ancien pensionnat de la Saskatchewan. Elle a été annoncée le 24 juin par la Fédération des peuples autochtones souverains et la communauté indienne de Cowessess. Les Cowesses ont commencé à chercher les tombes le 2 juin avec l'aide du Saskatchewan Polytechnic Institute. Ils ont utilisé la technologie de détection par géolocalisation, qui permet une marge d'erreur de 10 à 15 %. Il peut donc y avoir plus ou moins de tombes, mais au moins 600.

L'école Mariwal, où les sépultures ont été découvertes, est située à 160 km de Regina, la capitale de la Saskatchewan. Il était géré par l'Église catholique et a existé de 1898 à 1996. Comme d'autres pensionnats indiens, il a admis de force les enfants autochtones afin de les adapter à la société canadienne. Au total, plus de 150 000 enfants sont passés par les écoles du pays.

Le chef de Cowesess, Cadmus Delorme, a déclaré qu'il n'était pas sûr que toutes les tombes appartiennent à des enfants, car il y a des rumeurs selon lesquelles des adultes sont également enterrés. Il n'y a maintenant aucun moyen de savoir qui est enterré dans les tombes, car les pierres tombales ont été enlevées et les fouilles sont illégales. Cependant, les peuples autochtones demandent au gouvernement d'enquêter. M. Delorme a déclaré que les enfants du sud-ouest du Manitoba et du sud de la Saskatchewan étaient principalement envoyés à Mariwal.

Selon les survivants de ces pensionnats, les moines maltraitaient les enfants, les forçant à adopter la foi catholique, leur interdisant de dire leurs propres prières, méprisant tout leur peuple et les convainquant que leurs parents ne seraient pas sauvés parce qu'ils étaient païens. Les abus physiques, sexuels et émotionnels étaient répandus dans les écoles, et les enfants ne recevaient pas de soins médicaux appropriés.

Le jour même où les tombes sans nom de la Saskatchewan ont été connues, l'archevêque Don Bolen de Regina a envoyé une lettre à Delorme pour s'excuser des "échecs et des péchés" des dirigeants et du personnel de l'église et pour promettre de faire tout son possible pour que les excuses se traduisent par des actions concrètes. M. Bolen a déclaré qu'avec l'aide du diocèse, ils seraient en mesure d'accéder aux informations permettant d'identifier les personnes enterrées. L'archidiocèse de Regina a déjà versé 70 000 dollars canadiens au Fonds des Premières nations pour la restauration du cimetière de Maryvale.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a précédemment reconnu qu'il y avait eu un génocide autochtone et approuvé une Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, un jour férié pour honorer les victimes des pensionnats.

Le premier ministre a également réagi à cette nouvelle découverte, qualifiant les découvertes de Maryvale et de Kamloops de "rappel honteux du racisme, de la discrimination et de l'injustice systémiques" auxquels sont confrontés les Indiens. M. Trudeau s'est également dit "terriblement attristé" et a promis que le gouvernement continuerait à fournir des fonds et des ressources aux communautés indiennes pour la poursuite des recherches.

Source, Source
  • #nouvelles canadiennes
  • #pensionnats au Canada
  • #pensionnats indiens au Canada
  • #pensionnats indiens au Canada
  • #peuples autochtones au Canada
  • #Indiens au Canada
  • #communautés indiennes au Canada
  • #discrimination indienne au Canada
  • #génocide indien au Canada